We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. You can change this and find out more by following this link

Europe : la force de l'Euro met fin à la croissance du TFS en Europe


Après neuf mois consécutifs de croissance, le Tax Free Shopping (TFS) effectué en Europe a  diminué en septembre avec une chute globale des ventes de 10 % par rapport à l'année précédente. Nous explorons les facteurs qui ont contribué à ce déclin et comment les marchés européens ont réagi durant le mois dernier.

Points essentiels

  • Déclin de la croissance du TFS en Europe en septembre, - 10 % par rapport à l'année précédente
  • Le renforcement de l'Euro et la réduction du nombre de voyageurs en Europe ont été des facteurs majeurs de ce déclin
  • Ce fléchissement a eu un impact sur tous les pays. L'Allemagne continue de ressentir les effets de la réduction du nombre des voyages en groupes


Après neuf mois consécutifs de croissance, le TFS en Europe est en déclin en septembre, - 10 % par rapport à l'année précédente. Cela a été causé par la chute du nombre de transactions à travers la région (- 10 % ), alors que les dépenses moyennes par transaction restent stables à + 1 %.

Cette baisse des transactions peut être partiellement attribuée à la diminution des dépenses de la plupart des nationalités de Globe Shoppers, suite au renforcement de l’Euro. Ces chiffres sont également comparés à une période particulièrement forte pour le TFS européen en 2016.

Ralentissement de la croissance Chinoise

Le mois de septembre est traditionnellement calme pour le TFS chinois en Europe, pris en sandwich entre la période estivale de pointe et la « Golden Week » en octobre.

Suite à un ralentissement durant le mois d'août (+ 1 % par rapport à l'année précédente), les ventes provenant des Globe Shoppers chinois ont diminué de 9 % en septembre, accentué par une chute des transactions de 13 % car les groupes de touristes, ont été découragés par la force de l'Euro.

Les performances des américains restent fortes

Ce sont les Américains qui ont été le groupe le plus performant en septembre, avec des ventes liées au TFS relativement stables à - 2 % par rapport à l'année précédente.  Alors que le dollar continuait de faiblir par rapport à l'Euro le mois dernier, la chute des dépenses liées au TFS provenant des Globe Shoppers américains n'était pas aussi significative que chez les autres nationalités.

Les marchés clés souffrent tous

Les performances de l'ensemble des principaux marchés et des nationalités ont chuté en septembre par rapport à l'année précédente.

  • Les ventes en Allemagne ont vécu la chute la plus importante (- 27 % par rapport à l'année précédente), avec des performances liées aux changements des habitudes de voyages des touristes chinois.
  • Le Royaume-Uni (- 11 %) et l'Italie (- 8 %) ont également vécu une baisse globale de leurs ventes, tout en maintenant une croissance positive des dépenses moyennes d'une année sur l'autre (+ 3 % et + 2 % respectivement).
  • En Espagne et en France, de légères baisses ont eu lieu à la fois dans le nombre de transactions (- 4 % et - 7 % respectivement) et dans la croissance des dépenses moyennes (- 2 % et - 1 % respectivement).


Le secteur du luxe réalise de forts gains lors du troisième trimestre

Bien que les performances du mois de septembre aient été moindres on conclue un troisième trimestre réussi en Europe, notamment pour le secteur du luxe.

La baisse des ventes au mois de septembre, causée par la réduction de  des voyages de groupe et d'autres facteurs externes, a eu moins d'impact sur les transactions de grande valeur, et a permis aux ventes du luxe de rester prospères.

Durant ce trimestre, les quatre principaux marchés européens de TFS ont vu une croissance positive sur certains intervalles de dépenses élevées, avec une hausse de 3 % pour les transactions entre 2 000 et 5 000 Euros et de 2 % pour les transactions supérieures à 5 000 Euros. Cette performance s'est révéléeforte par rapport aux transactions de valeur plus faible (moins de 750 EUR), qui ont chuté de 5 % pendant cette même période.